MENU

Language

African Youth Leadership Summit 2017, le sommet des jeunes d’Afrique.

Le “Youth Summit 2017” est une opportunité offerte aux jeunes basés en Afrique et ceux de la diaspora afin d’échanger sur leur élément commun, l’Afrique. Organisé par MasterPeace Morocco, cet évènement s’est tenu du 21 au 25 septembre 2017 à Marakech. Entre leadership, partage d’expériences, entrepreneuriat de jeunes et développement durable, plusieurs sujets ont animés les débats.

Venus d’Afrique, Amérique du nord et des Caraïbes, plus de 100 jeunes sont rigoureusement sélectionnés pour participer à ce sommet. En partenariat avec l’Ecole des Hautes Etudes de Management – HEM une école privée de business à Marrakech au Maroc, Master Peace Morocco réalise son pari. Le go est donné pour 5 jours d’échanges.

Aime Kazika, explique le projet CSA bateke devant le panel a Marrakech

YPARD RDC participe à « Youth Summit 2017 »

Young Professional Agricultural Development ne pouvait manquer à cette rencontre. La délégation d’YPARD RDC est donc présente, représentée par Aimé Kazika, DRC Country representative d’YPARD. Après plusieurs échanges, la parole nous est donnée afin de parler d’YPARD. Nous dressons brièvement le tableau d’YPARD et ses objectifs. En guise de conclusion, nous remettons des dépliants et t-shirts d’YPARD aux participants. L’impression est bonne, selon l’expression de leurs visages.

L’occasion faisant le larron, nous en profitions pour glisser aussi quelques mots expliquant le projet “ CSABateke” que nous conduisons depuis un bout de temps. Une initiative issue du concours à vote lancé par le Ministre Français de l’environnement et des mers. Axé sur l’implémentation du concept “ agriculture intelligente face aux changements climatiques, l’appui à l’entrepreneuriat des jeunes et l’utilisation des drones en vue de renforcer l’agriculture de précision, CSABateke bénéficie aujourd’hui d’un accompagnement technique qui lui permet de se développer petit à petit.

délégués de Tunisie, RDC et de Siera LéoneAYLS 2017, les panels

21 septembre, c’était le 1er jour. Le début du programme est plutôt détendu. Le Royal Theater nous ouvre ses portes, nous sommes tous invités à participer à un « Open Day ». L’occasion pour les uns et les autres de faire connaissance et de célébrer la diversité africaine. Sous cet ambiance festive, le #ALYS2017 est lancé. C’est l’heure de différents panels.

Intitulé “ L’Afrique en 2030 et le rôle des entrepreneurs », le premier panel se focalise sur le rôle que joue l’entrepreneuriat dans cette Afrique en pleine croissance économique et les défis auxquels font face les startups africaines, dans l’ordre de bâtir leurs noms. Plusieurs idées et avis sont partagés à propos.

Abordant les questions de la paix et la sécurité avec des études de cas de la RDC, le Burundi, le Mali, le Burkina Faso, le Kenya, la Somalie … où les conflits internes et le terrorisme freinent l’élan de développement, le second panel connait une chute en musique. Une chanson de Bob Marley nous est proposée. Voilà de quoi nous rappeler, sous la dance, l’importance de l’unité africaine. Bravo à l’artiste et paix à son âme.

Par la suite, nous reparlons entrepreneuriat. Mais beaucoup plus différemment que lors du premier panel. Il s’agit, cette fois-ci, de l’entrepreneuriat en Afrique et le rôle de l’Education. Plusieurs panelistes venus de différents pays africains partagent leurs expériences et leurs avis sur ce que peut apporter l’éducation dans le développement entrepreneurial en Afrique. Le Nigéria, le Rwanda, l’Ethiopie et l’Afrique du Sud et plusieurs autres pays sont cités comme modèles.

En dernier lieu, on aborde les questions liées aux politiques publiques et leur rôle dans le soutien des jeunes africains. Il s’avère selon la plupart des jeunes africains présents, que les politiques publiques ont un rôle à jouer dans le soutien de la jeunesse africaine. A propos, nous nous mettons à discuter sur le programme de l’Union Africaine, Agenda 2063. Quelques exemples son glanés à travers le continent pour montrer que les politiques publiques doivent mettre beaucoup d’accent sur les jeunes. Avec ce dernier panel, nous clôturons les travaux proprement dits. Place à la visite de Marrakech, une ville dont les souvenirs ne cessent d’envahir mes pensées.

Que ça soit à Jamaa Lafana Tour, Wakky Club ou au marché Medina de Marrakech, l’impression est toujours excellente ; Marrakech est une ville pleine de surprises agréables. Malheureusement, c’est déjà la fin et il ne reste plus que la cérémonie de clôture pour retourner, têtes pleines, dans nos pays respectifs. Les jeunes ayant des projets les présentent devant le panel constitué des plusieurs spécialistes pour bénéficier d’un accompagnement.

L’une de grandes réussites de ce sommet, c’est la création du “Africa Youth Council”. Un réseau qui a pour but d’implémenter toutes les résolutions faites lors de AYLS en vue de sensibiliser et de mobiliser les gens à atteindre les objectifs de développement durables avec le slogan “We stand together”. Voilà une preuve que ce sommet ne s’est pas arrêté le 25 septembre, mais il continue à exister grâce à tous ces jeunes d’Afrique et/ou de la diaspora qui se décident de continuer à allumer sa flamme.