MENU

Language

YPARD : cadre de renforcement des capacités des jeunes

Ngouambe receiving his certificate

Du 12 au 21 juin 2013, j’ai eu le privilège de participer à une session de formation sur les média sociaux couplé à la 6ème semaine africaine des sciences agricoles et l’innovation (AASW6), tenu à Accra au Ghana. Cette formation m’a permis d’améliorer mes connaissances en ce qui concerne l’utilisation efficace et efficiente des médias sociaux pour le développement. Il s’agit notamment de la rédaction des blogs de qualité contenant des informations précises, concises et valables. Je citerais aussi le reportage ponctuel des évènements à travers les tweets.

Au cours de cette conférence, des communications que ce soit en session plénières ou parallèle, ont insistées sur la place des TIC notamment l’Internet dans la promotion de la recherche agricole, de la vulgarisation agricole du conseil agricole dont la finalité est de permettre à l’Afrique de nourrir ses habitants. Pour ce faire, selon le président du FIDA, les jeunes sont un maillon essentiel dans la promotion et l’utilisation des médias pour le développement agricole en Afrique.

De part ce rôle clé accordé aux jeunes et en tant que jeunes agronomes actif dans la recherche pour le développement, je me sens de plus en plus interpellé. Ce nouveau potentiel et cette nouvelle considération que je possède aujourd’hui ne sauraient être si je ne participais pas activement à la plateforme des Jeunes pour la recherche agricole et le développement (YPARD). Je remercie encore les initiateurs de cette plateforme qui est un véritable espace de dialogue constructif, d’opportunités d'insertion pour les jeunes professionnels impliqués dans le domaine agricole.

Il est montré que l’agriculture reste le pilier du développement économique de l’Afrique tel que considéré par le NEPAD (www.nepad.org)  dans le cadre de l’Approche compréhensive pour le développement agricole en Afrique (CAADP - www.nepad-caadp.net ). Et que les femmes et les jeunes contribuent pour plus de 85-90% de la production agricole en fournissant plus de 60% de la main d’œuvre. Ceci montre combien les jeunes ont vraiment un rôle clé dans les nouvelles politiques agricoles.

Cependant, il faudra que ces jeunes soient conscients du potentiel qu’ils ont et du rôle moteur qu’ils doivent jouer pour le développement économique dont la réduction de la pauvreté et l’insécurité alimentaire qui touche plus de 240 millions de personnes en Afrique subsaharienne.

Je m’apprête à restituer les acquis de cette formation aux jeunes camerounais membres de YPARD non seulement pour la pérennisation mais surtout pour qu’ils en utilisent comme outils de communication pour le développement, outils de lobbying pour faire entendre positivement leurs voix au niveau national.

En tant que jeunes, il serait très important que vous vous impliquiez aussi dans les activités de YPARD et promouvoir sa vision dans votre pays ou dans votre régions afin d’en bénéficier des privilèges qu’elle offre. Si t’es au Cameroun alors écris à ngouambe@gmail.com avec copie à ypardcameroon@gmail.com et inscrits-toi directement sur la plateforme globale à www.ypard.net

Photo (c): FARA